Chick-Lit

Provisoirement-Marie B.Cartaillac.

Provisoirement (1)

Prenez la Bretagne, le monde de l’école, un vélo, de la romance, de l’amitié, de l’humour: mélangez le tout et lisez Provisoirement de Marie B. Cartaillac, auto-édité.

Résumé de la quatrième de couverture:

Emilie, institutrice fraîchement diplômée, a accepté de quitter son sud natal pour honorer un remplacement d’un an en Bretagne. Elle laisse derrière elle Frédéric, son amoureux, convaincue que leur amour résistera à la distance. Un incident va rendre son avenir professionnel incertain en même temps que des événements vont semer le doute sur la solidité de sa relation avec Frédéric. Mais Emilie réussit à s’entourer de nouveaux amis qui vont la soutenir: Bernadette, retraitée dynamique et un peu fantasque, Xavier, son charmant voisin et Jonathan, un collègue qui lui offre son indéfectible amitié. Où est sa vraie place? Une comédie romantique? Oui. De la « chick-lit »? Peut-être, mais qui prend une certaine distance avec les codes du genre et s’en amuse même parfois un peu (et où le mot Louboutin n’apparaît pas une seule fois).

Mon avis:

Nous découvrons Emilie, jeune femme qui débute dans le métier d’enseignante avec ses espoirs et son envie de bien faire. La difficulté pour elle: son remplacement se retrouve bien éloigné de son petit cocon et de son amoureux. Elle découvre donc un nouveau poste, une nouvelle école, une nouvelle région, de nouveaux collègues et amis. Bref, une année décisive et pleine de rebondissements s’annonce pour elle. Cependant, tout au long du récit, elle croit en son amour longue distance. Elle est attachante, fait des erreurs de jugement, entêtée et pleine de bonne volonté. Le personnage principal est ainsi plus réel et m’a fait penser à Bridget Jones. Il ne s’agit pas ici d’un modèle sans défaut mais d’une personne entière aussi bien dans ses erreurs que dans ses choix. Et comme annoncé dans le résumé de la quatrième de couverture, Louboutin n’est pas cité une seule fois. 😉

Je remercie Marie B. Cartaillac pour ce service presse. L’auteur annonce dès le résumé de la quatrième de couverture que le roman se joue des codes de la chick-list. Elle les utilise à bon escient. Il y a une certaine prise de distance vis-à-vis du genre. Nous sommes nombreuses à lire des romances « feel-good » dans lesquelles nous retrouvons le même type de personnages.

Comme je lui ai déjà fait remarquer, si j’étais l’héroïne d’une romance, il serait mon meilleur ami gay. Sauf, qu’il n’est pas gay. Ca tombe bien, je ne suis pas l’héroïne d’un livre. Donc, la comparaison est complètement boiteuse.

Ici, Emilie est entourée:

  • d’un ami de bons conseils
  • d’un personnage loufoque
  • d’un éventuel prétendant
  • du petit ami officiel

Il ne s’agit pas d’une romance à proprement parlé. Le roman aborde la question d’un amour longue distance, de l’amitié, de la construction de soi, des choix personnels et professionnels difficiles à concilier. Qui ne s’est jamais lancé à corps perdu dans son nouveau travail? Qui n’a jamais commis d’erreurs de jugement lors de nouvelles rencontres? Comment intégrer son « ancienne » vie à sa « nouvelle »? Et surtout l’histoire d’Emilie est avant tout une histoire de confiance: confiance au sein du couple, entre amis, au travail, estime de soi.

La lecture est fluide et distrayante. Nous passons un bon moment en Bretagne. L’humour de certains personnages permet de donner un rythme à l’histoire. J’ai beaucoup apprécié Bernadette. Elle m’a fait penser au personnage de Lutèce dans Le tendre baiser du tyrannosaure-Agnès Abécassis.  et Café! Un garçon s’il vous plaît-Agnès Abécassis. J’aime beaucoup ces personnages de « mamies » loufoques et dévouées à leurs proches.

Je ne te savais pas superficielle au point de juger quelqu’un uniquement sur sa façon de s’habiller! Tu sais, quand un homme et une femme se plaisent, il arrive un moment où les vêtements deviennent superflus.

Provisoirement (2)

Le titre:

  • Provisoirement: poste provisoire, un an en Bretagne, séparation provisoire, amitiés provisoires? A vous de le découvrir! 😉

La couverture est vraiment superbe: pop, girly. L’illustration m’a fait penser aux dessins de Jordi Labanda. Elle donne vraiment envie d’en savoir plus. J’avoue avoir deviner rapidement le dénouement. Cependant, cela ne m’a pas dérangé ni découragé pour lire le roman en entier. J’ai apprécié la compagnie de toute la tribu bretonne.

La note: 14/20. Cette lecture est idéale pour passer un bon moment entre deux lectures plus dramatiques et sur la plage. 🙂 Je vous la conseille! Vous pouvez la trouver en broché ou e-book.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s