Contemporain·Non classé

Des petits biscuits pour la timidité-Errol Sabatini.

Des petits biscuits pour la timidité (2)

Envie d’un roman qui vous surprend à quasiment chaque chapitre? Envie de vous laisser attraper par la plume de l’auteur et les personnages attachants? Alors prenez et lisez sans modération Des petits biscuits pour la timidité d’Errol Sabatini, AUTO-EDITE.

Résumé de la quatrième de couverture:

Naëlle possède un étrange don de voyance. Le hasard la jette seule en pleine campagne, dan un vieux moulin qu’elle pense pouvoir restaurer. Julien est un gamin de dix ans, solitaire et peu bavard. Une exquise amitié-qui n’aurait pas dû naître- se noue entre eux. Mais pour la jeune femme, cette complicité semble compromise d’avance. Elle est sûre d’une chose: Julien ne pourra pas recevoir longtemps l’amour dont il a besoin. Ses visions lui font savoir que le destin de l’enfant est déjà tracé, et qu’elle n’y est pas étrangère… Une escapade pleine de vie, entre tendresse et suspense, où l’étrange s’invite sur la pointe des pieds.

Mon avis:

Ce roman a été une surprise du début à la fin. Je ne m’attendais pas du tout à ce genre d’histoire. Je pensais lire une histoire légère et rapide de type Chick-Lit. Ne vous fiez pas aux apparences. Le récit est beaucoup plus complexe et tellement surprenant.

Les histoires tournent autour de l’amitié en Naëlle et Julien. Nous côtoyons des histoires difficiles au sein de ce petit village (première surprise):

  • un homme qui bat sa femme,
  • une mère droguée dont on retire la garde de son fils,
  • des villageois renfermés sur eux-mêmes,
  • un fantôme,
  • la voyance,
  • l’histoire de Maria.

Les surprises et l’étonnement vont crescendo pour notre plus grand plaisir. Je remercie l’auteur pour l’envoi de son roman dédicacé en service presse. Je me suis régalée!! En quatrième de couverture, Errol Sabatini voulait qu’on se dise « Non… Il n’a pas fait ça! » Eh bien, défi réussi et relevé haut la main. De nombreuses fois, j’ai été déroutée par les fins de chapitres et je me suis réellement dit cette phrase!! L’auteur manie les mots et le subjectif à merveille pour notre plus grand plaisir.

Les chapitres sont très courts et permettent de donner une bonne dynamique au récit. Les chapitres donnent le point de vue de plusieurs personnages: Naëlle, Julien, Grand-mère, les habitants du village. Certains chapitres concernant Julien sont à la première personne du singulier et en italique. Nous avons vraiment l’impression d’être dans ses pensées.

Certains personnages sont fantasques comme Naëlle, d’autres drôles comme le commerçant qui tient le café, d’autres inquiétants… Les réflexions de Julien se savourent comme du petit lait 😉

Elle m’a flanqué des vitamines, mais je suis pas sûr. Elle peut en avoir autant qu’elle veut. Si ça marchait, elle devrait faire six mètres. Je vais plutôt dire à Grand-mère de me faire des crêpes avec de la crème au chocolat. Et des petits biscuits pour la timidité. Maigrichon. Je la mets minable au vélo quand elle veut.

-T’es bon à l’école?

-Plutôt. Ou alors c’est les cours qui sont nuls… Je sais pas.

Julien n’était jamais très bavard. En général, ses phrases se limitaient à quelques mots. Un peu par timidité, et un peu parce qu’il pensait que beaucoup de choses pouvaient être dites en conservant le silence.

La réalité dépeinte ici est difficile pour Julien, séparé de sa mère droguée et vivant chez sa grand-mère. Son amitié avec Naëlle lui permet de passer des moments agréables et de donner un meilleur goût à la vie.J’avais très envie de voir en vrai le moulin réhabilité.

D’où l’importance du titre:

  • les biscuits qui rappellent notre enfance et des souvenirs rassurants qu’on chérit. Cela m’a rappelé les madeleines de Proust dans Du côté de chez Swann
  • les gourmandises qui font du bien. Qui n’a jamais dévoré un pot de glace ou un paquet de bonbons pour se redonner du baume au coeur?
  • prescription donnée par Naëlle puis reprise par Julien.

Il est difficile de mettre ce roman dans une case de genre précis. Pour moi, le récit se rapproche ci d’un conte fantastique: la voyance, le fantôme, l’histoire de Maria m’a fait penser aux Contes des Frères Grimm.

Et parlons de la couverture: elle est sublime et représente bien le monde de l’enfance et ces fameuses « madeleines » de Proust.

51AnZlzHuuL._SY346_

La note: 17/20. Ce roman est une très belle découverte. L’auteur nous emmène où il veut et les effets de surprises sont vraiment prenants. Le final est tout simplement stupéfiant et donne envie d’effectuer une relecture. J’ai également adoré l’idée de la note oubliée. L’auteur nous envoie sur son site afin de nous proposer des pistes de lecture différentes de cette première lecture. J’aime beaucoup ce lien créé avec le lecteur où malgré le mot « fin », l’histoire n’est pas totalement terminée. Cela m’a fait penser à la citation cachée de Musso. J’espère que l’auteur nous régalera très prochainement d’un nouveau roman. En attendant, celui-ci est disponible en e-book et broché sur le site Amazon ou en commande dans vos librairies préférées. Alors foncez, il ne fait pas grossir avant l’été 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s